Entête
Entête Entête
Entête
Entête
Entête

Pour tous ceux qui doutent encore

Introduction

Depuis 10 mois, je viens chaque jour sur le site et participe au forum. Je me suis aperçue que depuis quelques semaines je devenais plus spectatrice qu'actrice du forum. Certes, j'ai toujours à coeur d'encourager, de réconforter mes ami(e)s mais je suis devenue un peu muette sur moi-même. Je me suis posé la question : "pourquoi ?". Et la réponse m'est venue tout naturellement : parce que je n'éprouve plus de peur et que j'ai retrouvé une grande partie de mon autonomie.

Je bascule

Il y a un peu plus de 3 ans que ma vie a basculé dans ce que je peux appeler un enfer. Deux attaques de paniques (AP) pendant la canicule de 2003, en voiture sur la route des vacances, ont déclanché un état d'angoisse permanent et l'apparition de phobies. À cette époque, j'étais suivie par une psychiatre pour un état dépressif réveillé probablement à la suite d'une hystérectomie. Je dis "réveillé" car j'ai fait une dépression sévère dans ma jeunesse. Non, avant mes premières AP, ce n'était pas tout rose mais j'arrivais à gérer ma fragilité et à mener une vie familiale et professionnelle satisfaisante.

Mais tout s'est écroulé à la suite de ces deux AP. D'août 2003 à février 2006 (date de mon arrivée sur le site), j'ai erré de spécialistes en spécialistes, sans trouver d'explication satisfaisante au malaise profond que je ressentais. Je me souviens m'être écroulée en pleurant sur le bureau de mon médecin et de lui avoir demandé une anesthésie générale !

Je sombre

Ma vie était devenue insupportable. J'étais quasiment en permanence à la limite de l'AP, avec des peurs paniques et des angoisses de mort, jour et nuit. Certaines nuits, j'étais tellement terrorisée que pour essayer de m'apaiser, je regardais des BD et des livres pour enfants. J'étais incapable de lire, je regardais seulement les images. Je finissais par m'endormir sur le matin, mais au réveil, j'étais à nouveau tenaillée par l'angoisse que je ressentais comme un crabe au niveau de l'estomac. Affronter une nouvelle journée me semblait au-dessus de mes forces. Je suis tombée dans une profonde dépression. Quand je parlais de mon état à ma psychiatre (pour laquelle je garde cependant une grande estime), elle ne savait que me répondre : "Mais si vous suiviez mon traitement, vous vous épargneriez toutes ces angoisses. Mettez-vous sous la couette en attendant que ça passe.". J'avais tenté ce traitement, il ne faisait que m'anéantir sans calmer mes angoisses ni mes phobies.

En dernier recours, elle m'a proposé de m'hospitaliser mais j'ai refusé car je pressentais que ce n'était pas la solution. J'ai pourtant eu très peur de devenir folle : tout devenait source d'une peur panique : les déplacements en voiture, en bus, l'orage, la pluie, la neige, la chaleur, les départs en vacances, les promenades à pied, me retrouver seule chez moi, prendre une douche, avoir à m'occuper de ma petite-fille.

Reprise de mes activités

Un jour, j'ai eu la chance qu'une cousine médecin me prescrive un autre traitement qui m'a un peu apaisée et tant bien que mal, j'ai pu reprendre mon travail. Certains jours, je m'y traînais littéralement tellement j'étais épuisée par les AP qui me tombaient dessus à tout bout de champ. Mais le fait de reprendre mon activité m'a remise sur des rails et m'a permis de ne pas tomber dans l'évitement complet. Tout déplacement, toute sortie, se faisaient avec encore beaucoup d'anticipation et ses symptômes si désagréables, et j'ai dû faire plusieurs fois demi-tour tellement l'angoisse était insupportable. Et comme je ne savais toujours pas ce qui se passait en moi, je perdais beaucoup d'énergie à me demander ce qu'il m'arrivait. J'étais obnubilée par mes peurs, ça devenait obsessionnel, les mêmes interrogations et craintes tournaient en boucle dans mon cerveau.

La révélation

Voilà, j'ai vivoté très inconfortablement dans cet état, avec heureusement l'appui de la foi et le soutien de mon mari, de mes enfants et de mes soeurs... jusqu'en février 2006. Nous venions d'avoir Internet et la première chose que j'ai faite a été de taper, dans les recherches, les mots : "attaques de panique" : sans le savoir je venais d'ouvrir la porte sur une grande bouffée d'espoir. Je suis tombée sur DTA : comme une affamée, j'ai dévoré la documentation, les témoignages... une révélation ! On parlait enfin de mes phobies, de mes angoisses, j'en comprenais le fonctionnement, d'autres que moi avaient vécu ce cauchemard et s'en étaient sortis.

Je n'oublierai jamais le trac avec lequel j'ai écrit mon premier message sur le forum et le réconfort des réponses de bienvenue. Moi qui parlais le moins possible de mes phobies à mon entourage familial pour le préserver, je trouvais enfin un espace de dialogue, de partage, dans le respect, la bienveillance et la compréhension.

Je le dis haut et fort : ce site a été pour moi une thérapie formidable. Sans exagérer, il a changé ma vie parce que je me suis sentie libérée de la peur de devenir folle et d'avoir à vivre dans l'angoisse jusqu'à la fin de mes jours. À partir du moment où j'ai appris à parler à Max, j'ai senti mon cerveau délivré de mes pensées obsessionnelles. Petit à petit, au lieu d'avoir l'impression d'aller à l'abattoir à chaque sortie, je me disais que je faisais un pas en avant. Mes efforts prenaient un sens. Les respirations profondes et le stop, ici et maintenant sont rentrés dans mon quotidien.

J'ai rapidement retrouvé l'espoir de m'en sortir et un mois après mon inscription sur le site, moi qui pensais ne plus jamais pouvoir partir en vacances, j'ai réservé une location pour l'été. Bon, j'ai beaucoup pleuré après avoir fait cette démarche, j'ai regretté, j'ai pensé annuler. Mais j'ai beaucoup travaillé le ici et maintenant et j'ai fait une telle provisions d'encouragements sur le forum que j'y suis arrivée : j'ai vaincu ma phobie des départs en vacances et j'ai ressenti une joie immense, un sentiment de liberté retrouvée. J'ai eu l'impression de redécouvrir le monde et plus d'une fois, en admirant le coucher de soleil sur la mer, en marchant sur la plage, en prenant de grandes bouffées d'air marin, je vous ai remerciés, tous.

Maintenant

Aujourd'hui j'ai retrouvé une grande partie de mon autonomie. Dans la vie quotidienne, je me déplace sans problème, sans anticipation (sauf quelques rares exceptions). J'ai l'impression d'avoir intégré le ici et maintenant car je n'ai même pas à y penser, je le vis. Pratiquement toutes mes phobies ont disparu (il me reste une appréhension pour le train et pour le prochain départ en vacances, mais pas vraiment une peur panique). Je ne vis pas encore tout à fait confortablement car j'ai encore de temps en temps des angoisses et de drôles de symptômes, et il m'arrive encore de me sentir proche d'une AP. Mais ces angoisses ne sont plus amplifiées par la peur, je n'ai plus peur.

Je suis dans une phase d'étonnement et de joie contenue : je n'ose pas encore crier victoire car je n'ai pas encore fait le tour des 4 saisons nécessaires à Max pour épuiser ses signaux d'alarmes. Il me faudra donc attendre l'été prochain pour venir rajouter à mon témoignage le mot Victoire !

Un immense merci à Yves Gendron, Stanzie, Yannick, Sarah, Critou et tous mes ami(e)s du forum. Je continue avec vous.


Constance


Warning: file(/home/dtaadmin/public_html/doc/review/sitemap.html): failed to open stream: No such file or directory in /home/dtaadmin/public_html/include/footer.php on line 7

Warning: array_rand() expects parameter 1 to be array, boolean given in /home/dtaadmin/public_html/include/footer.php on line 8

Pages:
Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/dtaadmin/public_html/include/footer.php on line 10

Warning: file(/home/dtaadmin/public_html/doc/review/allmovies.html): failed to open stream: No such file or directory in /home/dtaadmin/public_html/include/footer.php on line 14

Warning: array_rand() expects parameter 1 to be array, boolean given in /home/dtaadmin/public_html/include/footer.php on line 15

More reviews:
Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/dtaadmin/public_html/include/footer.php on line 17
RSS Sitemap
© www.deploie-tes-ailes.org toute reproduction est interdite sans la permission écrite des auteurs.